Les missions du député

hemicycle-plein-vue-panoramique_slide_full

Les missions du député :

1. Vous représenter

La première mission des députés est de représenter les Français dans leurs diversités et de faire vivre le débat d’idées au sein de la démocratie. Chaque député ne représente pas uniquement sa circonscription mais la France tout entière.
Il détient un “mandat national “ : c’est en pensant aux intérêts de tous les Français, où qu’ils vivent, qu’il doit prendre ses décisions, notamment lors du vote des lois.
Chaque député peut s’inscrire ou s’apparenter à un groupe politique. Dans ce cadre, il peut plus facilement accomplir ses missions : déposer des propositions de texte, amender les lois en discussion, contrôler et questionner le Gouvernement. En choisissant de soutenir celui-ci au sein de la majorité ou, à l’inverse, de défendre les points de vue de l’opposition, en animant le débat politique dans sa circonscription, le député fait vivre la démocratie au quotidien.

2. Légiférer

Une loi est un texte adopté par le Parlement et promulgué par le Président de la République. Sous la Ve République, le peuple peut aussi l’adopter par référendum. Le parcours d’un projet ou d’une proposition de loi commence au Bureau d’une des deux assemblées. L’ordre du jour est fixé par le Gouvernement puis une des six commissions parlementaires rédige rapports et propositions sur le texte. Lors de sa discussion parlementaire, le texte peut être modifié par des amendements déposés par les parlementaires. Le texte effectue ainsi des «navettes» entre Sénat et Assemblée nationale jusqu’à parvenir à un accord.
L’Assemblée nationale a le dernier mot en l’absence de consensus ou si le gouvernement le souhaite.

3. Contrôler

La troisième grande mission du député est de contrôler tous les autres pouvoirs, afin de garantir les libertés des citoyens. Les députés disposent par exemple d’une heure les mardis et mercredis pour interpeller le gouvernement sur les grands sujets d’actualité. Sur des points très précis, ils peuvent aussi adresser des questions orales ou écrites au gouvernement.

Mes responsabilités à l’Assemblée :

2692 26LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES

Je suis vice-président de cette commission permanente qui examine les textes avant leur passage en séance publique dans les domaines de : l’emploi et les relations du travail, la formation professionnelle, la santé et la solidarité, les personnes âgées, les personnes handicapées, la famille, la protection sociale, les lois de financement de la sécurité sociale et le contrôle de leur application et l’insertion et l’égalité des chances.

LA COMMISSION DES AFFAIRES EUROPÉENNES

drapeau-europeen.1241603542Outre l’examen des textes européens soumis par le Gouvernement, elle exerce une fonction d’information et de contrôle de l’Assemblée nationale sur les affaires européennes tant par des auditions régulières que par la publication de nombreux rapports d’information.
Je suis membre de cette dernière depuis octobre 2013. J’y apporte mon expertise en termes d’emploi et de formation sur les politiques européennes.
En 2016, j’ai rédigé un rapport sur l’assurance chômage européenne, présenté en commission le 19 janvier. Il propose pour la 1ère fois une réflexion sur la faisabilité d’une assurance chômage commune car l’Europe sociale a besoin de se doter d’outils régulateurs. Un chantier difficile à mettre en œuvre mais le débat est lancé.

LE GROUPE D’ÉTUDES SUR LE TIBET

2016-0673-079-CLLes groupes d’amitié (ou d’études) de l’Assemblée nationale regroupent les députés portant un intérêt particulier pour un
pays étranger. Leur but premier est de tisser des liens entre parlementaires français et étrangers ; ils sont également des acteurs
de la politique étrangère de la France et des instruments du rayonnement international de l’Assemblée nationale.
Coprésident du groupe d’études sur la question du Tibet avec Noël Mamère, nous avons reçu le Premier ministre tibétain en exil,
le Dr Lobsang Sangay et rencontré en septembre 2016 le Dalai Lama.
Notre rôle est aussi de presser le gouvernement français à réagir face à l’urgence de la question dramatique tibétaine :  droits de l’homme, libertés politiques, autonomie, destructions environnementales,…