Passe d’armes à l’Assemblée autour de la question du Tibet

  PARIS, 17 déc 2013 (AFP) – Les co-présidents du groupe d’étude sur le Tibet de l’Assemblée nationale, le socialiste Jean-Patrick Gille et l’écologiste Noël Mamère, ont dénoncé mardi la visite du vice-gouverneur chinois du Tibet, reçu par le groupe d’amitié France-Chine.

Que certains députés reçoivent « celui qui conduit la politique de répression au Tibet, je veux dire c’est quand même très inquiétant! », a dénoncé M. Mamère, député-maire de Bègles.

« Le vice-gouverneur était de passage à Paris, il a été reçu par le groupe. C’est un geste strictement protocolaire », s’est défendu le député PS Alain Rodet, vice-président du groupe d’amitié sur la Chine, qui a reçu le fonctionnaire chinois, en l’absence de Jean-Marie Le Guen, président du groupe.

« Ce n’était pas un événement de portée internationale », a-t-il précisé, indiquant que « six ou sept » députés étaient présents pour poser des « questions sur la religion, le Tibet ».

Pour leur part, les membres du groupe d’étude sur le Tibet, plutôt que de provoquer une « esclandre » lors de l’audition du vice-gouverneur chinois, ont préféré présenter une proposition de résolution pour « alerter nos concitoyens et le gouvernement sur la situation particulièrement préoccupante du Tibet » et soutenir « une reprise du dialogue entre les autorités chinoises et les responsables du Tibet en exil », a expliqué M. Gille.

Ce texte, « transpartisan », se veut une réponse à la « politique de sinisation forcée » menée par Pékin et sa « volonté de détruire la culture tibétaine », mais aussi à la « très grande timidité », la « très grande frilosité » des majorités de gauche comme de droite sur le sujet, a renchéri son collègue écologiste.

Plus de 120 Tibétains se sont immolés par le feu ou ont tenté de le faire depuis 2009, pour protester contre la répression de leur religion et de leur culture par Pékin.

En visite en Chine en avril, François Hollande avait assuré avoir abordé « de manière franche et respectueuse » la question du Tibet et celle des droits de l’Homme en Chine.

cmr/vdr/dch/bma

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>