Discours 78e anniversaire de sa sainteté le Dalaï-lama

Mesdames, Messieurs,
Monsieur le représentant à l’Union euorpéenne de sa sainteté le Dalaï -Lama, Monsieur Ngodup Dorjee,
Mes chers collègues,

Je voudrais tout d’abord excuser mon collègue, co-président du groupe d’étude sur le Tibet à l’Assemblée nationale, Noël Mamère, qui n’a pas pu être présent mais que j’associe pleinement aux propos que je vais tenir devant vous.

Je suis ravi de pouvoir vous accueillir dans ces salons de la Questure de l’Assemblée nationale afin de célébrer le 78eme anniversaire de sa sainteté le Dalaï-Lama. Je sais que l’an dernier, vous l’aviez célébré chez nos collègues sénateurs du Palais du Luxembourg ; aujourd’hui nous sommes heureux de pouvoir vous accueillir ici-même au Palais Bourbon.

Samedi 6 juillet, dans une ville du Sud de l’Inde, le Dalaï-Lama s’est exprimé. A cette occasion, il a appelé les jeunes à « créer un siècle plus heureux ». Cette déclaration témoigne bien de la volonté des Tibétains d’aller vers un avenir meilleur pour le Tibet en ayant pour fil rouge un élément essentiel : celui de la recherche d’une solution pacifique au problème du Tibet avec la République populaire. Sa sainteté l’a toujours rappelé. Tout comme le Premier ministre de l’Administration centrale du Tibet en exil, le Dr Lobsang Sangay. Car, vous le savez, le Dalaï-lama s’est maintenant complétement retiré de la vie politique, laissant ainsi la direction du Gouvernement en exil à un Premier ministre en exil, élu démocratiquement. Nous l’avons d’ailleurs reçu, le 18 avril dernier, avec mes collègues parlementaires et nous avons pu écouter et échanger avec lui sur les positions et les principes dictant les actions de son administration centrale.

En ce 78e anniversaire, c’est un message d’amitié et de solidarité que nous voulons adresser au Dalaï-lama.
Message d’amitié car Le Dalaï-lama, prix Nobel de la paix en 1989, a toujours œuvré pour partager sa vision d’une meilleure humanité au travers de 3 engagements :
1. Des valeurs humaines fondamentales.
2. De l’harmonie interreligieuse.
3. De la préservation de la culture bouddhique du Tibet.
4. Mettre en œuvre la voix moyenne : celle de l’autonomie réelle du Tibet.

Message de solidarité parce que personne ne peut rester sourd et muet aux immolations qui se multiplient au Tibet : tristes expression de la peur et du désespoir dans laquelle vivent les Tibétains. Le récent reportage de deux envoyés spéciaux de France 24, Cyril Payen et Pierre Vaireaux, témoignent de la surveillance qu’assure le gouvernement chinois à Lhassa et ailleurs. Nous avons d’ailleurs saisi le Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, pour lui faire part de nos vives inquiétudes sur les constructions en cours et sur la politique de destruction et de reconversion à laquelle est aujourd’hui soumise la ville de Lhassa. Nous ne pouvons pas laisser le toit du monde s’écrouler !

Il est bien de notre devoir de parlementaires d’alerter sur cette situation intenable, d’être le relais de cette cause universelle. Il faut donc enjoindre la communauté internationale à prendre une position claire et ferme, qui ne sera pas sacrifiée sur l’autel des intérêts économiques.

La France, en partenariat avec l’Union européenne, doit porter l’étendard de la liberté tibétaine. Autrefois Etat indépendant, le Tibet est aujourd’hui une Région dont l’autonomie, inscrite dans la loi chinoise, n’est pas respectée. La chine doit autoriser l’accès au Tibet à tout individu et notamment aux médias ; elle doit respecter l’autonomie du Tibet et doit reprendre le dialogue qu’elle a décidé d’interrompre.

Je vous remercie.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>